dimanche 18 octobre 2015

La dissonance cognitive et les Témoins de Jéhovah Fetstinger 2


Une étude réalisée par Richard E. KELLY http://aawa.co/mind-control/cognitive-dissonance-and-jehovahs-witnesses


Dans son livre choc paru en 1956 l'échec d'une prophétie, Léon Festinger accroche le lecteur dès le premier paragraphe :

"Un homme qui a des convictions est un homme qui sera difficile à changer. Dites-lui que vous êtes en désaccord avec lui, et il vous tournera le dos. Montrez-lui des faits ou des chiffres et il remettra en question vos sources. Faites appel à la logique et il ne parviendra pas à comprendre  votre point de vue."

Cette description d'un "homme avec des convictions" pourrait très facilement être appliquée à de nombreux Témoins de Jéhovah "apocalyptiques". Parce que les idées de Festinger sur la dissonance cognitive laissent penser qu'il écrivait pour certains Témoins de Jéhovah,  je vais vous présenter mon analyse de la même façon :

"... Supposons qu'une preuve indéniable soit présentée à un  < TJ > lui démontrant que ses convictions sont erronées : Que va-t-il se passer ? Le < TJ > va paraître non seulement inébranlable, mais encore plus convaincu qu'il possède la vérité qu'auparavant. En effet, le < TJ > peut même montrer un nouvel enthousiasme pour convaincre et convertir d'autres personnes à son point de vue".


Comment et pourquoi une telle réponse peut elle être donnée malgré des preuves contradictoires ? Festinger explique dans son livre que la raison n'intervient habituellement pas dans notre prise de décision. Au lieu de cela, nous nous accrochons à nos croyances et adaptons les faits à notre convenance.

Festinger décrit également cinq conditions qui doivent exister après l'infirmation d'une croyance. Ce sont (avec mes annotations):

    1) Une croyance doit être détenue avec une profonde conviction et être étroitement liée aux
        comportements du croyant
.

    2) La personne qui possède une croyance doit s'être elle-même engagée et avoir pris certaines
        mesures importantes "comme s'être séparée de ses enfants pour gagner la faveur de Dieu",
        ce qui est difficile à faire.

      
    3) La croyance doit être suffisamment précise et liée à des événements du monde réel
        "Armageddon viendra en 1914, 1925, 1975, ou, c'est imminent".


    4) La preuve indéniable " qu'Armageddon qui n'a pas eu lieu" aura bien lieu, et que cela soit
         accepté et reconnu par le  <
TJ > qui défend cette croyance.
        .
    5)  Le< TJ > doit avoir un soutien social, parce qu'il est peu probable qu'un < TJ > isolé puisse
        résister à ce genre de preuves contraires à sa croyance. Quand un <
TJ > est engagé dans une
        croyance et
une telle démarche, les preuves apportées aussi claires soient-elles peuvent  
        simplement le conduire à un ancrage encore plus profond de ses convictions
et une augmentation
        de
prosélytisme."         

Essayer de raisonner avec des Témoins de Jéhovah renforce leurs convictions. Cependant, la dissonance se produira à un certain niveau.

Mais comment peut-on expliquer que les Témoins de Jéhovah ont le désir accru de convaincre les autres et d'argumenter leur vérité après l'échec d'une prédiction ? Voici comment Festinger explique ce besoin :

"Dissonance et consonance sont des relations existantes entre des opinions, des croyances, des connaissances du milieu dans lequel on vit, et ses propres engagements et sentiments. En d'autres termes, deux opinions ou croyances peuvent être soit dissonantes ou incohérentes".

"Une tentative de réduction de la dissonance prendra une ou plusieurs formes : 1) La personne peut essayer de changer une ou plusieurs de ses croyances. 2) acquérir de nouvelles informations ou convictions qui lui permettront d'augmenter la consonance existante et réduire la dissonance. 3) Laisser de côté ou réduire l'importance des connaissances qui la mettent dans une relation dissonante. Si ces tentatives sont couronnées de succès, c'est qu'elle devra avoir reçu le soutien physique ou  social de son environnement "comme rencontrer continuellement et uniquement les Témoins de Jéhovah à la Salle du Royaume, aux assemblées et dans un contexte social".

"La dissonance aurait pu être éliminée si le  < TJ > avait rejeté la croyance infirmée, et "arrêté d'assister à des réunions et faire du prosélytisme".

"Mais le plus souvent, l'engagement comportemental dans leur système de croyance est si forte que presque toute autre démarche est préférable. Il est moins douloureux de supporter la dissonance que de rejeter sa croyance et d'admettre que l'on s'est trompé. Oui, le <TJ> s'empêche lui-même de voir les faits prouvant que la prédiction n'a pas été accomplie ou que sa croyance fondamentale a été reconnue comme manifestement erronée.

"La rationalisation peut réduire quelque peu la dissonance. Cependant, pour être vraiment efficace, la rationalisation nécessite le soutien d'autres personnes pour rendre l'explication ou la réécriture correcte. Et bien sûr, il y a un moyen pour que la dissonance restante soit réduite. Si de plus en plus de gens peuvent être persuadés que le système de croyance des "TJ" est correcte, alors après tout, si c'est correct <ce doit être la vérité> ".


Mon objectif principal était de partager la théorie de la dissonance cognitive de Festinger appliquée à la réalité expérimentale des Témoins de Jéhovah. Mais je tiens aussi à ajouter une approche plus récente de la dissonance cognitive celle de Saül McLeod,  telle que rapportée dans son blog 2006:

"La dissonance cognitive implique des attitudes contradictoires, concernant des croyances ou des comportements. Cela produit un sentiment de malaise conduisant à une altération soit des orientations, soit des croyances, ou soit des comportements visant à réduire l'inconfort et à rétablir l'équilibre. Par exemple, quand les gens fument (comportement) et ils savent que le tabac provoque le cancer (cognition) <ou encore,  ils évitent les anciens Témoins de Jéhovah (comportement) et  savent qu'ils font du chantage affectif qui conduit souvent à des suicides (cognition)>."

McLeod signale que la théorie de la dissonance cognitive de Festinger suggère que nous avons tous une motivation intérieure pour contenir harmonieusement toutes nos attitudes et croyances et pour éviter le déséquilibre (ou dissonance).

"Les attitudes peuvent changer en raison de différents facteurs internes à la personne. Un facteur ici important est le principe de la cohérence cognitive, alors que Festinger met l'accent sur la dissonance cognitive. Cette théorie part de l'idée que nous cherchons la cohérence entre nos croyances et nos attitudes dans toutes les situations où deux cognitions sont incompatibles. Lorsqu'une puissante motivation existe pour maintenir la cohérence cognitive cela peut donner lieu à un comportement irrationnel et parfois inadapté".

"Selon Festinger, nous avons de nombreuses connaissances concernant le monde et sur nous-mêmes; quand elles s'affrontent, elles se heurtent, une discordance est enregistrée, et un état de tension en résulte connu sous le nom de dissonance cognitive. Comme l'expérience de la dissonance est désagréable, nous sommes motivés pour la réduire ou pour l'éliminer, et parvenir à une consonance ou une harmonie". 

"La dissonance cognitive étudiée par Léon Festinger, découle d'une étude concernant  l'observation de participants d'une secte (apocalyptique) qui croyaient que la terre allait être détruite par une inondation, et ce qui est arrivé aux membres, en particulier ceux qui s'étaient vraiment engagés et qui avaient abandonné leurs maisons et leurs emplois pour travailler pour la secte alors que l'inondation n'a pas eu lieu.

"Bien que les membres les plus socialisés étaient plus enclins à reconnaître qu'ils avaient été des imbéciles et étaient prêts à mettre un terme à l'expérience, les membres engagés étaient ceux qui étaient prêts à ré interpréter les éléments de preuve pour montrer qu'ils avaient eu raison, et que si que la terre n'avait pas été détruite c'était grâce à la fidélité des membres de la secte".

Donc, si vous n'êtes pas Témoin de Jéhovah - ou si vous êtes un ex-TJ – soyez convaincu que vous ne pourrez pas vraiment changer les croyances d'un TJ actif en lui présentant des faits et des chiffres. Même si le TJ est un membre de votre famille proche, ou un ami, vous avez peu ou pas de chance de changer la croyance d'un TJ si il (ou elle) fait du prosélytisme actif, si il assiste régulièrement à des réunions et si il limite ses contacts sociaux à ses amis croyants.

Réfuter avec logique "les croyances bizarres des Témoins de Jéhovah à l'aide de faits et de chiffres renforcera très probablement (selon Festinger) leurs enseignements, leurs phobies et leurs peurs et ne servira qu'à renforcer les directives imposées par la Société Watchtower.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire